Inventaire et valorisation d’un fonds de photographies anciennes à la bibliothèque des Arts (Université de Strasbourg)

La bibliothèque des arts a accueilli un stagiaire pour quelques mois en la personne d’Éric Henry, étudiant en Master d’Histoire de l’art. L’occasion de sortir de l’oubli et de mettre en valeur un fonds de photographies anciennes, qui pourra donner lieu à de futures recherches dans ce domaine. Le texte suivant est rédigé par Éric Henry, par ailleurs également vacataire à la bibliothèque.

LE FONDS DE PHOTOGRAPHIES ANCIENNES CONSERVE A LA BIBLIOTHÈQUE DES ARTS : ORIGINE ET NATURE

Le fonds de photographies anciennes conservé à la bibliothèque des arts est constitué de 33.000 prises de vues qui datent de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. De nature hétérogène, ce fonds a été enrichi au fil des décennies par plusieurs commandes publiques que l’on pourrait se proposer de retracer. Les premières datent de l’époque de la Kaiser-Wilhelms-Universität, tandis que d’autres commandes suivent au début du XXe siècle.

Plus avant, le fonds de photographies anciennes couvre une très grande partie de la production artistique occidentale : peinture, sculpture, miniature, architecture, tapisseries, orfèvrerie. Il est réparti dans 372 boîtes en carton dont la majorité est de taille moyenne (36 x 30 x 12 cm) par nom d’artiste ou nom de lieux pour l’architecture ou la sculpture. Du fait de l’importance du fonds, il nous a fallu choisir sur quelle partie notre travail allait porter. Nous avons donc fait le choix de traiter les photographies d’architecture et de sculpture, puisque ce sont les médiums qui sont le plus susceptibles d’être altérés avec le temps. L’intérêt de la prise de vue photographique est alors logique et manifeste puisque nous sommes en mesure d’observer des états de conservation passés, nous y reviendrons.

L’INTÉRÊT SCIENTIFIQUE DU FONDS

Le postulat de base sur lequel reposait notre réflexion et notre choix de privilégier les fonds d’architecture et de sculpture s’est rapidement révélé être exact. En effet, nombre d’édifices ont subi des modifications depuis la date de leurs prises de vue. Il serait pertinent ici de prendre l’exemple de l’église Notre-Dame de Saint-Lô. Celle-ci a effectivement lourdement été mutilée lors de la seconde guerre mondiale, et les photographies conservées sont le témoin de son état de conservation premier.

Ce fonds nous permet également de nous rendre compte en image des mesures prises pour la protection des monuments lors des conflits armés. Nous voyons, par exemple, la cathédrale de Chartres dépourvue de ses vitraux préalablement déposés et mis à l’abri.

Une mise en regard avec les fonds de photographies de l’Institut d’Histoire de l’art de l’Université de Marbourg permet de nous rendre compte que le fonds de Strasbourg n’est pas strictement constitué des mêmes prises de vues. Ces deux fonds sont donc complémentaires et tout aussi intéressants l’un que l’autre, mais ils ne sont pas identiques. Par ailleurs, un téléchargement en bonne qualité des photographies de Marbourg est payant ; cela représente un frein pour la recherche, à l’inverse de ce qui pourrait être proposé en France.

Outre cet argument de l’accessibilité, nous savons ce fonds de photographies utile à la recherche. Plusieurs projets scientifiques en cours à l’Université de Strasbourg se trouvent enrichis par ledit fonds. Nous pouvons citer la thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval de Lucas La Barbera, doctorant contractuel à l’Université de Strasbourg, qui s’intéresse à l’architecture gothique en Bourgogne. Un nombre important de photographies conservées à la Bibliothèque des Arts lui permettront d’illustrer son propos. À titre d’exemple, le chevet de la cathédrale Saint-Étienne de Sens est fort difficile à photographier du fait de son insertion dans le tissu urbain. Les photographes ayant pris part aux campagnes de prises de vues du fonds Marbourg ont justement pu le faire. Madame Denise Borlée, maître de conférences en histoire de l’art médiéval à l’Université de Strasbourg, utilise fréquemment des photographies du fonds de la Bibliothèque des Arts afin d’illustrer ses articles scientifiques. La grande qualité des photographies est telle qu’elles peuvent être utilisées dans des publications. Des étudiants de Master en histoire de l’art ont récemment fait des demandes de consultation des photographies, et cela a systématiquement été utile et bénéfique pour leurs recherches respectives. Puis, plus personnellement peut-être, les photographies de l’église Saint-Léger de Guebwiller – qui se trouve être le sujet de mon mémoire d’histoire de l’art – m’ont été très utiles dans le cadre de mes recherches. Une seule prise de vue ancienne existe du bras nord du transept, et elle est conservée à la Bibliothèque des Arts.

Somme toute, ce fonds est extrêmement riche et véritablement utile à la recherche.

LE TRAITEMENT DU FONDS : MÉTHODOLOGIE ET CREATION D’UN INVENTAIRE

Avant toute chose, il fallait avoir une idée de la volumétrie du fonds. La première de mes missions a alors consisté en l’inventaire des boîtes dans lesquelles lesdites photographies sont conservées. Ces boîtes sont au nombre de 372 et comportent chacune un nombre variable de photographies. Parmi elles, 110 comportent des photographies d’architecture. Je me suis dans un premier temps penché sur les photographies du patrimoine bâti alsacien, puis, dans la suite logique du placement physique des boîtes, belge, britannique et français.

La seconde mission que nous avons projetée dès le départ était la réorganisation des fonds dans leurs boîtes. À titre d’exemple, des photographies de monuments de la ville de Reims ont été trouvées dans la boîte « Abbevile – Azay-le-Rideau ». Cela a demandé une organisation certaine puisqu’une boîte a une capacité de contenance finie et ne peut être agrandie. Dès lors, il est parfois nécessaire de modifier l’intitulé et le contenu de plusieurs boîtes se faisant suite. Un rangement plus homogène desdites boites a également été entrepris, et ce grâce à un numérotage linéaire de celles-ci. J’ai pour cela mis au point un système de classement par aire géographique en se faisant suivre toute la production artistique d’un pays ou d’une région par ordre alphabétique de localisations ou d’artistes, ainsi que par médium. Ainsi, nous avons successivement la peinture, l’architecture et la sculpture de l’Italie, par exemple. Le travail d’attribution de numéro d’inventaire a demandé concentration et rigueur dans la mesure où un simple décalage dans la coordination entre l’ancien et le nouveau numéro d’inventaire pour une même photographie nécessiterait de reprendre le travail accompli jusqu’à trouver l’origine du décalage.

Jusqu’alors, nous avions connaissance de l’existence de ce fonds, mais, du fait de l’absence d’inventaire, nous n’en maitrisions pas le contenu. Nous nous sommes alors proposé de procéder à l’établissement de celui-ci. Cela constitue la première étape de son étude et permet de le valoriser en le faisant connaître.

ETUDE SCIENTIFIQUE DU FONDS ET ALIMENTATION D’UNE BASE DE DONNÉES PLURI-DISCIPLINAIRE

Le choix des critères à relever s’est fait dans les premiers temps de l’étude du fonds. Il était nécessaire de l’observer afin de connaître les différents éléments que nous pouvons relever. Parmi ceux-ci, l’intitulé de la boîte, le nom de la localité dans laquelle l’œuvre se trouve, le nom de l’édifice, une brève description de la photographie, le nombre d’exemplaires potentiels, le numéro d’inventaire s’il existe, le nom du photographe, de l’éditeur, la présence ou non des tampons de l’Université du Reich allemand, de l’Université de Strasbourg et de la Bibliothèque des Arts, ainsi que la date lorsque l’on possède l’information. Par la suite, nous avons ajouté une colonne avec les nouveaux numéros d’inventaires que nous avons attribué à chacune des photographies inventoriées. La typologie retenue suit le modèle suivant : PHOTOS_HA_00000. Ce choix s’explique par la nécessité de palier un éventuel déplacement d’une photographie d’une boîte à une autre. De la sorte, nous pouvons déplacer une photographie dans la boîte suivante sans que cela pose problème. En tout, ce sont 8623 photographies qui ont été inventoriées, soit 8818 items. L’écart s’explique par le simple fait que certaines photographies sont conservées en plusieurs exemplaires.

Le fichier Excel a ensuite été reversé vers une base de données créée à l’occasion de la mise en place du projet scientifique Orvistra, Orientalisme visuel à Strasbourg, initié par Julie Ramos, Professeure d’Histoire de l’Art contemporain à l’Université de Strasbourg. Ce projet a pour but de faire l’état des collections strasbourgeoises liées à l’Orient et à l’intérêt porté sur ce dernier, ainsi que son lien avec l’enseignement dont il faisait l’objet à l’Université. Ce projet scientifique a fait l’objet d’un financement IdEx et associe les laboratoires ARCHE et ARCHIMEDE, la Faculté des Sciences Historiques, la Bibliothèque des Arts, la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg, la MISHA. Ladite base est hébergée par Heurist, spécialisée dans les sciences humaines et sociales. Il s’agit d’une structure en mesure de rassembler et de gérer une quantité importante d’informations dans le cadre d’une recherche. Une formation sur ladite base de données m’a été proposée par Guillaume Porte, ingénieur d’études d’ARCHE spécialisé dans l’analyse de sources et dans les humanités numériques.

LA CONSERVATION DU FONDS : ÉTAT DES LIEUX ET PRÉCONISATIONS

Le fonds de photographies anciennes de la Bibliothèque des Arts compte près de 33 000 prises de vues, toutes conservées dans des boîtes dont l’état de conservation n’est pas homogène. Certaines d’entre elles ne présentent que de faibles signes de dégradations, alors que d’autres doivent être remplacées. Le but de cette présente note est aussi bien de faire un état des lieux des bonnes pratiques à adopter, de l’état de conservation du fonds de photographies anciennes de la Bibliothèque des Arts, tributaire pour partie de l’état de conservation de ses contenants, que de faire quelques rappels sur les conditions de conservations idéales du médium quelque peu particulier qu’est la photographie.

Dans le cas du fonds de photographies de la Bibliothèque des Arts, une infime minorité d’items présente des déchirures. En revanche, un nombre important d’entre eux est recouvert d’une épaisse couche de poussière. La problématique qui semble la plus inquiétante est l’état de conservation des boîtes dans lesquelles les photographies sont rangées. Certaines boîtes présentent de lourdes dégradations ; 7 ont déjà été remplacées par des boîtes en polypropylène.

 

Les photographies doivent préférentiellement être conservées dans des enveloppes, elles-mêmes rangées dans des boîtes en carton ou plastique. Les boîtes ne doivent pas être fermées de façon étanche afin d’autoriser un renouvellement de l’air. Les tirages sont placés horizontalement par petit nombre, pour éviter une pression trop importante sur les documents placés au fond.

À l’heure actuelle, les photographies sont conservées dans des boîtes placées à la verticale. Cela entraîne une déformation des cartons sur lesquels un grand nombre de photographies sont montées. Lesdits cartons adoptent effectivement une forme arquée. Des pliures sont conséquemment observables sur certaines photographies. En outre, le fonds de photographies de la Bibliothèque des Arts est en partie placé sous des tuyaux d’arrivée et d’évacuation d’eau. Lorsque cela a été possible, nous avons déplacé les boîtes hors d’atteinte d’une potentielle fuite.

LA VALORISATION DU FONDS : VERS UNE NUMÉRISATION ?

 La numérisation de ce fonds présente un intérêt justifiable par les quelques derniers arguments cités, mais pas uniquement. Comme nous le savons, la numérisation permet une pérennisation des fonds. Outre le fait que cela conduit à ne plus manipuler les photographies et donc de ne pas risquer de les abîmer, cela permet d’assurer leur sauvegarde en cas de disparition de la photographie physique. De plus, nous nous devons d’insister sur l’intérêt de l’accessibilité à tous. Pour l’instant uniquement accessible en se rendant physiquement à la Bibliothèque des Arts, seuls les chercheurs locaux profitent de ce fonds, pour peu qu’ils le connaissent. Or, en cas de numérisation, n’importe quelle personne pourrait y avoir accès sur Internet. Cela peut être un atout majeur pour des curieux, chercheurs ou collectivités locales éloignées. Il n’est effectivement pas question que des plus grandes et belles cathédrales romanes et gothiques ; le patrimoine couvert par les campagnes de prises de vue est aussi celui des milieux ruraux. La découverte et la comparaison d’édifices qui peuvent faire partie d’une réflexion plus grande sur les formes et techniques mises en œuvre dans une aire géographique à un temps donné sont également permises par ce fonds.

Plus largement, ce stage aura fait connaître le fonds de photographies et a fait des émules en ce qu’il est prévu qu’au moins une stagiaire prenne le relai de mon travail dès cet été. Nous pouvons espérer que d’autres suivront afin de procéder à l’inventaire intégral du fonds d’ici quelques temps.

Éric Henry, étudiant en Master 1 Histoire de l’Art

 



Citer ce billet
Laurent Vila (2022, 6 mai). Inventaire et valorisation d’un fonds de photographies anciennes à la bibliothèque des Arts (Université de Strasbourg). Réseau des bibliothèques d’art de Strasbourg. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ta21

Laurent Vila

Responsable de la bibliothèque des Arts (Université de Strasbourg)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search