Parution du numéro 25 de “La revue de la Bnu” : La fabrique du livre, pérennité et mutations

Couverture du numéro 25 de “La revue de la Bnu”, printemps 2022

Si vous rentrez aujourd’hui dans un café ou dans un bar, si vous vous décidez à vous offrir une nuit dans un hôtel de luxe, il y a de fortes chances pour que vos yeux tombent sur une bibliothèque… De même, que vous traversiez à pied un centre-ville ou en voiture un village ou une rue de banlieue, vous ne pourrez manquer d’apercevoir de temps à autre des « boîtes à livres » – ces livres qu’on lit de moins en moins, nous dit-on, mais qui n’en demeurent pas moins très présents dans le quotidien, au moins de façon symbolique.

L’univers numérique, qui entend ranger le document imprimé au rayon des antiquités, est lui aussi, paradoxalement, un univers des écritures, écritures aussi diverses dans leurs visées que dans leurs formes (il n’est que de constater la multiplicité des polices, tailles, graisses et couleurs offertes par les « barres d’outils » de nos ordinateurs) ; écritures encore et toujours le fruit d’une activité manuelle, les doigts tapant sur le clavier ayant remplacé, pour beaucoup de nos contemporains, le geste de s’emparer d’un stylo. Il y a donc toujours une fabrique de l’écrit, et le fait que les créateurs de caractères numériques continuent de parler de leurs « fontes » est à cet égard révélateur. Mais cette nouvelle civilisation de l’écriture (si tant est qu’on puisse la décrire comme telle) n’est plus automatiquement celle du livre.

Et pourtant… entre préservation de savoir-faire ancestraux, comme à l’Imprimerie nationale, transmission de ces mêmes savoirs au sein d’établissements généralistes ou spécialisés, comme l’ANRT ou l’école Estienne, et tentatives de mêler préservation muséale et création contemporaine, comme voudrait le faire l’Espace européen Gutenberg à Strasbourg, le spectre est large qui témoigne de la vitalité de cette « fabrique du livre ». Il n’est pas jusqu’aux artistes qui s’en emparent pour le détourner et en fabriquer… des œuvres d’art. Laissez-vous conduire, au fil du numéro, de la fabrique artisanale des caractères aux expérimentations numériques qui constituent, l’une aussi bien que les autres, notre univers graphique actuel, que celui-ci s’incarne ou non sous la forme d’un livre.

Dossier : La Fabrique du livre : pérennité et mutations
Format : 21×27 | 116 p. | 19,00 €

ISBN 978-2-85923-093-7

Commander


Gwénaël Citérin

Responsable scientifique Arts et Iconographie - Bibliothèque nationale et universitaire

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search