Exposition à la Bnu du 10 septembre au 8 octobre : Cérémonies du Japon, trésors de l’Université Gakushūin

Au cœur de l’Université Gakushūin de Tōkyō, école fondée en 1877 pour l’éducation de la famille impériale puis transformée en université en 1949, un musée historique abrite les trésors de traditions séculaires liées à la fonction impériale, conservés de génération en génération.

L’Université Gakushûin, à Tôkyô, forme depuis le milieu du 19e siècle les membres de la famille et de l’aristocratie impériale. Le musée qu’elle abrite a ainsi recueilli, au fil des décennies, une collection très importante d’objets qui racontent la vie à la cour impériale et le parcours des grands dignitaires.

Au début de la nouvelle ère impériale, en avril 2019 (ère Reiwa), l’université Gakushûin a proposé à l’Université de Strasbourg, avec laquelle elle a noué un partenariat voici plusieurs années, d’exposer pour la première fois hors du Japon des pièces qui illustrent les cérémonies qui jalonnent l’intronisation et le début de règne de l’empereur. La Bibliothèque nationale et universitaire a rejoint dès l’origine ce projet en mettant à disposition la salle n°3 de ses réserves visitables ainsi que ses équipes de production. Initialement prévue fin 2020 mais repoussée pour cause de COVID à plusieurs reprises, l’exposition Cérémonies du Japontrésors de l’université Gakushûin voit enfin le jour en cette rentrée 2022.

L’exposition présente des pièces issues de trois collections principales : la collection de la famille Saionji, famille de l’aristocratie impériale (kuge) dont le membre le plus éminent du 20e siècle, Saionji Kinmochi (1849-1940) est connu pour sa francophilie et ses relations avec plusieurs auteurs et artistes français comme Paul Claudel, Judith Gauthier, Edmond de Goncourt, etc ; la collection de la famille Hamajima, qui occupa à la cour pendant plusieurs siècles des fonctions liées à l’organisation des banquets impériaux ; enfin une collection constituée par le musée autour des cérémonies du sanctuaire d’Ise.

Plusieurs cérémonies sont ainsi évoquées dans cette exposition : cérémonie du transfert périodique de la déesse au sanctuaire d’Ise, cérémonie de présentation à l’empereur des chevaux blancs, cérémonie de la gustation des prémices, cérémonie de la rougeur de l’ivresse, etc. Toutes cérémonies qui puisent leur origine dans le shintô, dans l’organisation du pouvoir impérial et dans un millénaire de vie de cour et de traditions qui codifient chaque geste, chaque objet et chaque instant. Autre cérémonie centrale dans cette exposition, présentée à l’aide de deux rouleaux peints aux dimensions impressionnantes (près de 9 m de long) datant de l’époque Edo (1603-1868) : la procession en char ou voiture à bœufs, tradition que tout membre de la famille impériale – empereur excepté – et de l’aristocratie de cour respectait avec un grand souci de l’apparat, le véhicule étant destiné à illustrer le rang social de son propriétaire.

L’exposition propose par ailleurs de lever un peu le voile sur la vie de Saionji Kinmochi, personnage dont la discrétion dans l’histoire du Japon est relativement paradoxale. Héritier et chef d’une des grandes familles de la noblesse impériale, jeune capitaine ayant pris part aux bouleversements politiques qui inaugurèrent l’ère Meiji, devenu étudiant en France pendant 10 ans, puis membre de la commission chargée de rédiger la constitution impériale, plusieurs fois ministre et deux fois Premier ministre, représentant du Japon à la Conférence de la Paix en 1919 à Versailles et à la Conférence de Washington en 1921-1922, la vie de Saionji Kinmochi aurait toute la matière pour nourrir études et biographies : elles sont néanmoins rares, car cette figure, dernier genrô (conseiller privé de l’empereur) vivant de l’entre-deux-guerres, joua surtout sa partition dans l’ombre, aux côtés de trois empereurs.

Prêtées à titre exceptionnel pour un mois, les pièces de cette exposition font entrer plus avant dans la réalité de la vie de la cour impériale et les événements qui la rythment.

Avec le concours et le soutien du Consulat général du Japon à Strasbourg et du service des bibliothèques de l’Université de Strasbourg.

Plus d’informations sur le site de la Bnu.



Citer ce billet
Gwénaël Citérin (2022, 21 septembre). Exposition à la Bnu du 10 septembre au 8 octobre : Cérémonies du Japon, trésors de l’Université Gakushūin. Réseau des bibliothèques d’art de Strasbourg. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ta2g

Gwénaël Citérin

Responsable scientifique Arts et Iconographie - Bibliothèque nationale et universitaire

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search