Une danse macabre de Walter Draesner : une acquisition de la Bibliothèque des Musées de Strasbourg

Walter Draesner (ill.), Max von Boehn (préf.) Ein Totentanz nach Scherenschnitten von Walter Draesner, Berlin-Leipzig, Behrs Verlag, 1922

Le parcours de Walter Draesner, illustrateur allemand né à Leipzig en 1891, nous est mal connu. On sait toutefois qu’il a fréquenté l’école des arts décoratifs et l’Académie de cette ville et pris part à un cercle d’artistes appelé « Malkasten » à Düsseldorf.

Publié en 1922, Ein Totentanz (Une danse macabre) emprunte sa technique au registre populaire des Scherenschnitte (papiers découpés) particulièrement appréciés dans l’Allemagne des XVIIIe et XIXe siècles, en particulier pour les portraits en silhouettes. Il contient vingt-deux planches gravées reprenant ce procédé reproduites sur un petit cahier en format oblong. L’exemplaire acquis par la Bibliothèque des Musées est un tirage de tête (limité à deux cent exemplaires) sur papier vergé et filigrané. Le sujet de la danse macabre relève quant à lui d’une tradition germanique et Rhénane des arts graphiques dont les modèles sont Hans Holbein, ou plus récemment Alfred Rethel et George Grosz dans des interprétations chargées d’un propos politique.

Les conséquences du premier conflit mondial et de son souvenir traumatique sont très lisibles dans ce livre. La planche présentant un avion biplan dévié de sa trajectoire par le geste funeste de la faucheuse, ou dans la composition montrant un soldat saisi par le bras par une camarde. La préface de l’historien Max von Boehn, souligne que le sujet « n’a jamais été aussi actuel que dans l’Allemagne d’aujourd’hui un peuple entier est condamné à mourir. » Les autres gravures reprennent des éléments de la caricature de moeurs et décrivent des scènes de la vie quotidienne exposant à un danger imminent : enfants jouant au bord d’un précipice, baigneur menacé par la noyade, randonneur engagé dans l’ascension d’un paroi rocheuse abrupte.

Cet album est devenu un objet de bibliophilie recherché et a connu en son temps une certaine fortune. Son principe de danse macabre en silhouettes évoquant la Première Guerre mondiale sera notamment repris en 1923 par l’artiste Melchior Grossek dans une publication très similaire.

Son acquisition enrichit les collections de la Bibliothèque des Musées, et un corpus macabre bien représenté dans les collections d’art graphique des Musées de la Ville de Strasbourg. Un exemplaire du livre de Draesner provenant du Museum für Sepulkral Kultur de Kassel avait été exposé Galerie Heitz en 2016, lors de l’exposition « Dernière Danse. L’imaginaire macabre dans les arts graphiques ».



Citer ce billet
Franck Knoery (2023, 1 juin). Une danse macabre de Walter Draesner : une acquisition de la Bibliothèque des Musées de Strasbourg. Réseau des bibliothèques d’art de Strasbourg. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ta2q

Franck Knoery

Conservateur de la Bibliothèque des Musées de Strasbourg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search