Le Japon de Roland Schweitzer – Des diapositives de voyage sur l’iconothèque de l’ENSAS

Article de Cécile Rivière 

Architecte de HMONP, doctorante en histoire de l’architecture, UR3400 Arche, Université de Strasbourg

 

Roland Schweitzer (1925-2018) grandit en Alsace, près de la forêt de Haguenau. Après la Seconde Guerre mondiale, il s’inscrit à l’école d’architecture de Strasbourg puis termine ses études à Paris, où il installe son agence en 1954. Jusqu’aux années 1970, il travaille principalement sur des projets d’auberges de jeunesse et de centres de vacances, dont les qualités architecturales sont aujourd’hui reconnues. Il s’intéresse ensuite au projet urbain et au logement. Après mai 1968, Schweitzer se consacre aussi à l’enseignement : dans la nouvelle Unité pédagogique 7 au Grand-Palais puis à Tolbiac (1969-1991), à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (1988-2004) et en tant que professeur invité à travers toute l’Europe. Il donne de nombreuses conférences dans le monde entier, dont beaucoup portent sur son sujet de prédilection : l’architecture en bois. Dans son exercice du projet comme dans ses travaux de recherche, les références de l’architecte sont multiples : des constructions traditionnelles et vernaculaires au mouvement moderne, de la France à la Scandinavie, des Etats-Unis au Japon.

 

Roland Schweitzer et ses confreres devant le pavillon principal Shoden du sanctuaire Naikū d’Ise
Diapositive datee d’avril 1993 – cote IFA
455-AA-611

 

De ses nombreux voyages, Roland Schweitzer a ramené une riche documentation sous forme de diapositives. Celles-ci lui servent de mémoire de ses visites et de ses rencontres, mais aussi de matière à projet et de support pour ses conférences. Elles sont aujourd’hui conservées avec les archives de l’architecte, données par sa fille Marie Schweitzer à l’Académie d’architecture qui les a déposées au Centre d’archives d’architecture contemporaine (Paris). Soixante-six mallettes de diapositives, parmi plus de deux-cents, ont été prêtées à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (ENSAS) pour y être numérisées, indexées puis mises à disposition sur l’iconothèque en ligne de cette école. Ces mallettes contiennent près de 16 000 diapositives, issues de voyages en Alsace et en Suisse, mais aussi et surtout au Japon, un pays dont Roland Schweitzer apprécie particulièrement l’architecture traditionnelle. Entre 1967 et 2013, l’architecte s’y rend à huit reprises. Il y visite les sites les plus connus, dont la villa impériale de Katsura et les temples bouddhistes de Daitoku-ji à Kyōto, ou encore les sanctuaires shinto d’Ise et d’Itsukushima ; mais il parcourt aussi les rues des villes et des villages, à la rencontre d’une architecture du quotidien. Outre la construction traditionnelle en bois, Schweitzer s’intéresse également aux jardins japonais et à l’architecture moderne de Tokyo et Kyōto. Il rencontre Tadao Andō en 1987.

 

Après leur numérisation, l’indexation des diapositives a débuté au second semestre 2023, dans le cadre de l’enseignement « Parcours personnalisé de l’étudiant », organisé en master 1 à l’ENSAS. Pour commencer cette tâche de longue haleine, les sites japonais les plus connus ont été sélectionnés : plus simples à identifier, ils sont aussi ceux qui ont eu le plus d’impact sur la réflexion et la production des architectes modernes occidentaux. Aujourd’hui, 1400 diapositives sont ainsi disponibles sur l’iconothèque de l’ENSAS, pour les trois premiers sites étudiés : Katsura, Ise et Itsukushima.

 

 

 

Les sanctuaires d’Ise, par Anthony His

Etudiant en master 1, ENSAS

 

Le complexe de sanctuaires d’Ise (Ise-Jingū) fait partie des plus anciens et des plus importants sites shinto du Japon. Situé dans des forêts de la préfecture de Mie à Ise, il a été construit durant la période Asuka (554-710) et est composé de plus de 125 sanctuaires répartis sur 5500 hectares. Au sein de ce complexe se trouvent deux sanctuaires majeurs, le sanctuaire Gekū et le sanctuaire Naikū où réside la déesse solaire Amaterasu Omikami, qui est considérée comme l’ancêtre de la famille impériale. Ce temple est essentiel dans la culture japonaise car il représente l’origine même de toute la nation nippone. La particularité d’Ise-Jingū est qu’il est à la fois un site millénaire, mais aussi récemment construit. En effet, les pavillons y sont reconstruits tous les vingt ans à l’occasion de cultes traditionnels. Les pavillons sont reconstruits à l’identique sur une parcelle adjacente. Le sanctuaire d’Ise devient alors un moyen de transmettre les coutumes religieuses, mais aussi les connaissances ancestrales des charpentiers japonais.

 

Vue du pavillon des trésors ouest du
sanctuaire Naikū d’Ise
Diapositive datée d’avril 1993 – cote IFA
455-AA-611

 

Maison de la nourriture sacrée Mishine-no-
Mikura, l’un des nombreux sanctuaires du
site Naikū d’Ise
Diapositive datée d’avril 1993 – cote IFA
455-AA-612

 

Détail des portes de la maison de la
nourriture sacrée Mishine-no-Mikura sur le
site Naikū d’Ise
Diapositive datée d’avril 1993 – cote IFA
455-AA-612

 

 

Roland Schweitzer y a fait quatre visites, en 1987, en 1989, en 1993 et en 2002. Il eut même l’occasion durant son troisième voyage de visiter le chantier de la reconstruction des sanctuaires d’Ise, et de rencontrer les artisans et architectes y participant. Ainsi, il a pu nous transmettre des diapositives des sanctuaires avant et après leur reconstruction, et prendre des clichés de zones pourtant inaccessibles au public, comme le pavillon principal Shoden du sanctuaire Naikū où réside Amaterasu. Parmi les diapositives d’Ise de Schweitzer se trouve toute la retranscription de ses quatre voyages, mais aussi toute sa collection de diapositives qui lui ont été offertes, ou issues de livres portant sur le sanctuaire. Ces sources variées rendent ce fonds d’archives d’autant plus intéressant car il retrace toute l’évolution de ce site d’exception au cours d’une large période et nous permet vraiment de comprendre tout le cycle de vie de ce sanctuaire.

 

 

La villa impériale de Katsura, par Célia Schwendimann

Etudiante en master 1, ENSAS

 

Située à Kyōto, la villa impériale de Katsura est un monument architectural qui incarne l’esthétique japonaise traditionnelle. Elle a été construite pour la famille impériale Hachijo-no-Miya au XVIIIe siècle, pendant la période Edo. Au fil des siècles, la villa a connu des agrandissements et des rénovations pour préserver son authenticité et son état d’origine. Le site s’étend sur une superficie d’environ 70 hectares et se compose de la villa en elle-même, de plusieurs pavillons de thé et abris, de jardins et d’étangs. Sa découverte par l’architecte Bruno Taut dans les années 1930 a fortement influencé les architectes occidentaux sur leur manière de construire puisque la simplicité des bâtiments correspond au style fonctionnaliste du XXe siècle. Cela a permis au domaine d’être diffusé mondialement.

 

Vue d’ensemble du pavillon de thé Shōkintei
et de son jardin à la villa impériale de
Katsura
Diapositive datée de mai 1993 – cote IFA
455-AA-579

 

 

Vue de détail d’une ouverture Shitaji-mado
du pavillon de thé Shōkatei à la villa
impériale de Katsura
Diapositive datée d’avril 1999 – cote IFA
455-AA-579

 

 

Roland Schweitzer a également participé à cette reconnaissance de la résidence par la prise de nombreuses photographies. Il s’est rendu sur le site lors de la plupart des voyages au Japon, notamment en 1967, 1987, 1989, 1993 et 1999. À travers le recensement des photographies, on remarque son intérêt pour les abords de la villa avec les jardins et les pavillons de thé, dont celui de Shōkintei auquel il a accordé beaucoup d’importance. Afin de réaliser une étude complète, il a aussi photographié des documents graphiques, en particulier dans l’ouvrage d’Akira Naito, Katsura : un ermitage princier (Fribourg : Office du livre, Paris, 1978 – disponible à la bibliothèque de l’ENSAS).

 

Vue de l’ancien shoin avec l’estrade pour
contempler la lune à la Villa impériale de
Katsura
Diapositive datée de mai 1993 – cote IFA
455-AA-580

 

Vue d’ensemble du pavillon de thé Shōkintei
et de son jardin à la villa impériale de
Katsura
Diapositive datée de mai 1993 – cote IFA
455-AA-579

 

Les diapositives sont numérisées par l’ENSAS et reproduites avec l’aimable accord de Benjamin Mouton, Académie d’architecture, de David Peycéré, Centre d’archives d’architecture contemporaine et de Marie Schweitzer, architecte.

Pour accéder aux dispositives numérisées du fonds sur l’iconothèque, une demande est nécessaire auprès de la bibliothèque de l’ENSAS. La consultation de ces diapositives est actuellement réservée à un usage pédagogique.



Citer ce billet
Margot Thuilleaux (2023, 28 juin). Le Japon de Roland Schweitzer – Des diapositives de voyage sur l’iconothèque de l’ENSAS. Réseau des bibliothèques d’art de Strasbourg. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ta31

Margot Thuilleaux

Bibliothécaire responsable des services aux publics et collections de périodiques - Ecole nationale d'architecture de Strasbourg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search