Exposition de dessins de la bibliothèque de l’ENSAS

Dès le mercredi 21 juillet, une exposition installée au rez-de-chaussée de la bibliothèque de l’ENSAS présente les dessins réalisés dans le cadre de UEL 12EA, assuré par Chantal Tose-Fontaine.

 

 

Dans leurs dessins, les étudiants.es (en troisième année de licence) devaient essayer de rendre l’échelle de la bibliothèque, observer un modèle vivant et appliquer la règle de prise de mesure. Selon les temps de poses (maximum : 30 minutes), il fallait faire un choix de repères recherchés dans l’espace pour décrire l’âme du lieu. Par exemples : les lignes continues des rambardes, le sol fuyant de la rampe, les fenêtres de la verrière, la baie vitrée du jardin, les strates de couvertures de livres qui se répètent sur les étagères…

 

 

Tout en restant sensibles à leur manière de rendre les couleurs, textures, ambiance du lieu, les étudiants.es se sont concentrés.es l’allure de la silhouette du modèle ou la nature du mouvement que son corps esquissait dans l’espace. Réalisés au moyen de techniques dites sèches (collages, crayons graphiques, crayons de couleurs, feutres…), les croquis réalisés donnent à voir différentes ambiances perçus dans l’espace de la bibliothèque et témoignent du caractère de ce lieu et témoignent non seulement du caractère inspirant de ce lieu, mais surtout du talent des étudiants.es de l’ENSAS.

 

 

 

Personnellement, dans l’immense patio de cette bibliothèque le premier sentiment qui me traversa fût le calme, pas celui, habituel, des bibliothèques mais bien une forme de paix intérieure, comme dans une bulle protégée du monde à travers laquelle nous atteignait quelques rayons de lumière chaleureuse qui semblait alors donner un sens de lecture à toutes ces parois.

Des masses lumineuses qui se détachaient du gris monotone du bâti donnaient ainsi une rythmique, une mélodie harmonieuse, calme, immobile.

Le modèle, dans cette immensité spatiale, était tantôt un détail camouflé, dilué dans ce mélange de mouvements lumineux, tantôt démarqué, de par les couleurs et les poses qu’il arborait. Il était alors comme inscrit dans le paysage, le détail qui donnait l’intérêt de l’existence de cette prise de vue, de cette note graphique ou de ce dessin.

Pierre-Jean FREMY-DESVILLES, étudiant en L3

 

 

 

Je vois que le modèle se place face à un pan de livres, la tête baissée contre l’étagère, une position très dramatique. Je prends un peu de hauteur pour avoir un contexte large. Cette pause si forte appelle au chaos sur la feuille, à travers ce dessin j’ai imaginé une scène impossible, angoissante, révélant l’exact opposé d’une bibliothèque. Un choc qui donne de la force au dessin.

L’ordre habituel du lieu est bouleversé, les propres rangés de livres au sein de ces étagères bien droites n’existent plus, l’ambiance y est noire, sombre, des livres sont au sol, jetés, déchirés, avec seulement cette tâche de couleur au niveau du modèle qui éclaire l’Homme au milieu du néant.

Que s’est-il passé ? J’apprécie le fait que chacun puisse imaginer et interpréter son histoire par le dessin, du scénario apocalyptique à la version philosophique, dans laquelle des livres sont vu à priori comme une horreur mais qu’une fois plongé dedans, leur culture délivre.

Alexandre KAULEK, étudiant en L3

 

 



Citer ce billet
Margot Thuilleaux (2023, 21 juin). Exposition de dessins de la bibliothèque de l’ENSAS. Réseau des bibliothèques d’art de Strasbourg. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ta30

Margot Thuilleaux

Bibliothécaire responsable des services aux publics et collections de périodiques - Ecole nationale d'architecture de Strasbourg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search