Sous les eaux, le monstre marin dans les collections d’art graphique

La Bibliothèque des Musées de Strasbourg met à l’honneur le thème des monstres marins du 27 juin au 30 septembre 2023. Intitulé « Sous les eaux, le monstre marin dans les collections d’art graphique », l’accrochage que nous proposons met en évidence le parcours du monstre dans les collections strasbourgeoises à travers la gravure mythologique, les livres d’Emblèmes, l’illustration et les arts décoratifs. Cet article propose une explication plus approfondie de la présence de ces créatures énigmatiques en collection.

Créature mystérieuse, fascinante ou abominable, le monstre marin est l’un des secrets les plus enfouis de l’océan. Derrière les vagues sinistres de ses tempêtes, ou la berceuse réconfortante de ses flots incessants, la mer est une vaste étendue de mystères et d’inconnues, propice au développement de l’imaginaire.

Façonnées et fabriquées de peurs et d’angoisses, les créatures marines sont-elles des êtres maléfiques ou des êtres bénéfiques ? Vraisemblablement les deux à la fois, le monstre étant aussi bien un signe protecteur divin que l’incarnation du chaos, ou une malencontreuse erreur de la nature. La méconnaissance de la faune marine dans les premières histoires naturelles a fait naitre des spécimens grotesques, horrifiques et bizarres1, à l’origine d’une puissante fascination mêlant attraction et répulsion.

L’existence incertaine du monstre marin et son apparence nébuleuse n’ont de cesse de questionner l’humanité autant qu’elles n’alimentent l’imagination débordante des artistes, graveurs, illustrateurs et autres savants naturalistes. De ce fait, à Strasbourg, de somptueux et surprenants exemples de cette faune sous-marine jalonnent les collections d’arts graphiques, que ce soit dans la gravure mythologique, les arts décoratifs, l’illustration ou bien les livres d’emblèmes.

 

De cette manière, la considérable collection de près de 150 000 œuvres du Cabinet des Estampes et des Dessins est parcourue de drôles de monstres, et ce, dans les domaines variés que recouvre ce remarquable lieu de conservation : les beaux-arts, les arts graphiques, les arts décoratifs, la caricature, etc… Cependant, c’est le fond de gravures anciennes du XVe au XIXe siècle qui va nous intéresser, dans la mesure où durant cette période, les créatures marines ne passent pas inaperçues dans les grandes écoles de gravures, italiennes et septentrionales2.  Les foyers du Sud, en Italie, redécouvrent l’Antique et de ce fait, renouvellent les scènes mythologiques gréco-romaines, alors remplies de monstres de toutes sortes. Tandis que les foyers du Nord, nous apportent une considérable innovation technique – l’imprimerie – permettant la circulation des nouvelles idées humanistes, des scènes mythologiques et allégoriques, ainsi que des travaux scientifiques au travers de l’Europe3.

Giulio Bonasone, Hercule luttant contre le dieu-fleuve Achéloos, entre 1531 et 1576, gravure au burin, 47.8 x 61.2 cm (hors tout), Cabinet des Estampes et des Dessins, Strasbourg. © Musées de la ville de Strasbourg

Giulio Bonasone est un peintre, graveur et dessinateur du XVIe siècle (1498-1580), adepte des compositions religieuses comme des scènes mythologiques4. Son œuvre, Hercule luttant contre le dieu-fleuve Achéloos, met en scène Achéloos – Dieu-Fleuve d’un cours d’eau d’Etolie – et Hercule, tous deux prétendants de la belle Déjanire, que le récit verra s’affronter. Cherchant à fuir le redoutable Hercule, le Dieu-fleuve se métamorphose une première fois en serpent, puis en taureau, dont Hercule arrache l’une des cornes, devenue la célèbre corne d’abondance5. La gravure illustre trois êtres marins issus de la mythologie : sans aucun doute, au premier plan, la figure du colossal serpent de mer Achéloos, dont les traits s’apparentent davantage à un dragon. Puis, en arrière-plan, une scène de rapt, où Achéloos – sous forme humaine – s’empare de Déjanire, tandis que les Néréides – nymphes marines – s’amusent et jouent du tambourin. Les dauphins amis des divinités, sautent dans les vagues, chevauchés par des putti. Alors qu’on leur prête déjà des propriétés fabuleuses, l’état des connaissances anatomiques des naturalistes de l’époque donne à ces animaux des apparences que l’on pourra rétrospectivement classer dans le registre monstrueux.

Hans Ladenspelder d’après Albrecht Dürer, Le Monstre marin, vers 1497, gravure au burin, 24,3 x 18,5 cm, Cabinet des Estampes et des Dessins, Strasbourg. © Musées de la ville de Strasbourg

Hans Ladenspelder (1511- ?) est un artiste hollandais, peintre et graveur au burin, plutôt méconnu du XVIe siècle6. Cependant, on connaît de son œuvre, ses copies du célèbre Tarot dit de Mantegna7 ainsi que ses copies d’après Dürer (1471-1528)8, tel que Le Monstre marin, vers 1497. C’est l’une des œuvres profanes les plus mystérieuses de Dürer. Cependant, devant la sérénité et le calme de la figure principale dans sa pose all’antiqua, se cache une scène brutale : un enlèvement. Nombreux sont les récits mythologiques relatant les mésaventures des humains malmenés par des divinité désireuses de s’emparer du corps des femmes et des jeunes hommes. Ainsi, selon une interprétation classique, l’œuvre de Dürer pourrait aussi bien être Amymoné ou bien la nymphe Périmélé toutes deux enlevées par Poséidon, ou encore, la jeune Scylla, courtisée par un monstre9. Malgré l’incertitude quant au sujet de cette scène mythologique, c’est un monstre anthropozoomorphe dont le bas du corps se termine en une queue pisciforme. Jusqu’ici, nous avons affaire à un triton quelque peu ordinaire, si ce n’est qu’une corne imposante trône sur le sommet de son crâne. Autrement, il pourrait s’agir d’une référence norroise, car selon le Konungs skuggsjá – Le Miroir royal – rédigé en Norvège en 1250, le monstre hafstrambi – équivalent de la sirène (dont la queue est pisciforme) – possède une corne sur la tête, tel que le monstre marin de Dürer10. L’iconographie se rapporterait-elle ainsi davantage aux mythes et légendes du Nord11 ?

Outre le monstre des mythes et légendes, le fond de la bibliothèque des Musées de Strasbourg conserve bien d’autres créatures singulières, notamment dans le fond des livres anciens illustrés, dans lequel les livres d’Emblèmes contiennent des dauphins excentriques, des créatures marines, et autres sirènes bifides. L’emblématique est un genre hybride et nouveau au XVI-XVIIe siècle associant systématiquement une inscription en latin (titre), une image et un texte à but moral, popularisé par le juriste et humaniste milanais André Alciat (1492-1550) lorsqu’il publie en 1531 la première édition de son célèbre Livret des Emblèmes12. Il s’agit d’un véritable coup de maître nécessitant des rééditions, dont celle de Chretien Wechel13 à Paris, en 1534 et sa traduction française en 1536 acquise récemment par la Bibliothèque14. Systématiquement tripartite, les emblemata s’organisent tels que : inscriptio, pictura, subscriptio15.

André Alciat, « In auaros, uel quibus melior conditio ab extraneis offertur », dans le Livret des emblèmes, Paris, Chrétien Wechel, 1536, gravure. Bibliothèque des Musées de Strasbourg. © Musées de la ville de Strasbourg

D’innombrables monstres marins sont représentés dans l’ouvrage. À titre d’exemple, l’emblemata dont l’inscription : In eum qui truculentia suorum perierit, signifiant « Sur celui qui meurt par la cruauté des siens », nous illustre sur l’image, un dauphin sur le rivage, renversé sur le dos, le rostre grand ouvert, d’un air pitoyable et désespéré, tandis qu’un bateau navigue sur les flots.  Le texte est sous la forme d’une prosopopée, donnant ainsi la parole à l’animal. Il révèle alors la gravité de la situation : rejeté par les marrées il est maintenant coincé sur la terre ferme, condamné à une mort certaine16. Ainsi, à la manière des cartographies de la Renaissance, ce dauphin fabuleux semble avoir une fonction préventive, avertissant les navigateurs aventureux des dangers de la mer. Aussi, s’il est malmené par les eaux, lui, enfant de l’Océan, qu’en est-il des malheureux marins ? Le dauphin représente l’enfant tué par son parent, le sens moral dénonce ainsi une trahison17.

 

Concernant l’artiste Gustave Doré (1832-1883), la ville de Strasbourg tient à cœur de conserver un grand nombre de ses œuvres, en raison de ses racines strasbourgeoises. À ce propos, la Bibliothèque des Musées de la ville de Strasbourg possède une remarquable collection de son Œuvre imprimé. Artiste polyvalent touchant à tous les arts, il est surtout connu comme l’un des plus remarquables illustrateurs du XIXe siècle18. Son œuvre s’inscrit dans un registre de roman d’aventure mais surtout dans un fantastique teinté de romantisme – tardif –. Le genre fantastique connaît un essor sans précédent au XIXe siècle et c’est dans l’art du noir et du blanc19, qu’un nouveau royaume de l’imaginaire se dessine, dont les chimères et les monstres sont les protagonistes. Gustave Doré a comme ambitieux projet l’illustration des chefs-œuvres de la littérature, il établit vers 1855 une liste de 35 ouvrages20, dont la sainte Bible selon la vulgate21.

Gustave Doré (ill.), Dieu fait périr Léviathan (vision d’Isaïe), dans La Sainte Bible selon la Vulgate (Tome second), Tours, A. Mame, 1866, gravure sur bois de bout, 43 cm. Bibliothèque des Musées de Strasbourg. © Musées de la ville de Strasbourg

Son rêve d’illustrer la Bible se concrétise en 1865, elle est ensuite modifiée et rééditée en 1866, devenant un succès mondial22. L’Ancien Testament révèle l’existence de la plus terrible des créatures, l’incarnation du chaos primitif : le Léviathan. « Dieu fait périr Léviathan (vision d’Isaïe) », dans la Sainte Bible selon la Vulgate d’après Gustave Doré qui représente le Léviathan, souffrant et en colère de s’être vu défié, pris dans le torrent et le tumulte de vagues, tandis que dans les cieux, Dieu brandit son épée lui infligeant un coup mortel. Le portrait de la bête est monstrueux et colossal, toutefois, n’est-il pas un gigantesque serpent marin ? Alors pourquoi possède-t-il les caractéristiques physiques et iconographiques d’un dragon européen : deux grandes pattes ornées de griffes, des ailes, un corps recouvert d’écailles et une grande queue torsadée ? Draco, en latin signifie serpent mais également dragon, ainsi le dragon est considéré comme le plus grand et épouvantable des serpents23. Si selon la symbolique Biblique des serpents, ils sont les suppôts du Diable, alors le dragon en est l’incarnation24.

Joseph Sattler, Das Thier in der decorativen Kunst, Gerlach & Schenk, 1896, lithographie de couverture. Bibliothèque des Musées de Strasbourg © Photo M. Bertola / Musées de la ville de Strasbourg

Au tournant du XXe siècle avec l’avènement de l’art décoratif à Strasbourg, le munichois Anton Seder, prend les fonctions de directeur de la Kunstgewerbeschule. Également artiste, il publie des recueils inspirés de la végétation, des animaux avec une touche de fantastique25, tel que le recueil de planches publié en 1896, Das Thier in der decorativen Kunst26. Une série entière est consacrée au animaux et monstres marins, notamment sur le fameux draco, dragon-serpent aquatique. La figure du dragon est protagoniste de cette étude puisqu’elle se manifeste sur la lithographie de couverture. Perché sur son rocher, la créature grande et fine s’apparente à un lézard. Encore une fois nous avons affaire à un monstre marin sous la forme de dragon. Cependant, une différence s’observe ici : si le Léviathan de Gustave Doré reprend la tradition iconographique du dragon serpent européen, celui-ci s’apparente davantage aux dragons orientaux, caractérisés par un corps serpentin ainsi qu’une gueule barbue, cernée de longues moustaches volantes27.

Strasbourg entretient un lien étroit avec les arts décoratifs, d’où la présence à la Bibliothèque des Musées d’une collection importante de recueils et d’albums d’ornements provenant de la bibliothèque du Musée des Beaux-arts et de la bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs, réunies en 193928. Apparus au XVIe siècle en Europe, ces recueils et albums ne possèdent pas seulement une fonction décorative et esthétique. Bien souvent, ils sont utilisés par les élèves, les artistes et les architectes à la recherche de modèles, donc un second but fonctionnel se dessine pour l’apprentissage29. Tel que le recueil d’Anton Seder, dont sa double profession d’artiste ainsi que professeur font de ses planches d’ornements, à la fois des œuvres d’art mais aussi des modèles pour ses étudiants.



Citer ce billet
Lucile d'Allibert (2023, 20 juillet). Sous les eaux, le monstre marin dans les collections d’art graphique. Réseau des bibliothèques d’art de Strasbourg. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ta32

  1. PARE, Ambroise, Des monstres et prodiges, Paris Genève, Edition Slatkine, 1996, p. 11 []
  2. SIFFER, Florian, « Estampes », dans Cabinet des Estampes et des Dessins, Strasbourg, édition des musées de Strasbourg, 2022, p. 13. []
  3. LAMBERT, Gisèle, « Introduction », dans Les premières gravures italiennes : Quattrocento-début du cinquecento. Inventaire de la collection du département des Estampes et de la Photographie, Paris, Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 1999. []
  4. BENEZIT, Emmanuel, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs dessinateurs et graveurs Tome 2, Paris, Éditions Gründ, 1999, p. 511. []
  5. OVIDE, Métamoprhoses, livre IX, [Trad. et notes de A.-M. Boxus et J. Poucet, Bruxelles, 2007].http://bcs.fltr.ucl.ac.be/METAM/Met09/M09-001-100.htm []
  6. Op. cit., BENEZIT, Emmanuel, Dictionnaire critique et documentaire des peintres…, p. 141. []
  7. Voir plus : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10549550b []
  8. Op. cit., BENEZIT, Emmanuel, Tome 4, p. 909. []
  9. RENOUARD DE BUSSIERRE, Sophie, BUROLLET, Thérèse, Albrecht Dürer : oeuvre gravé, « cat. exp. », [Paris, musée du Petit Palais, 4 avril – 21 juillet 1996], Paris, Editions des musées de la ville de Paris, 1996, p. 90. []
  10. LECOUTEUX, Claude, « La sirène dans l’Antiquité classique et au Moyen Âge », dans Les filles des eaux dans l’Océan indien. Mythes, récits, représentations, éd. Cl. Sambo et B. Terramorsi, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 2. []
  11. Op. cit.,RENOUARD DE BUSSIERRE, Sophie, BUROLLET, Thérèse, Albrecht Dürer : oeuvre gravé. []
  12. ANDENMATTEN, Anne-Angélique, Les « Emblèmes » d’André Alciat. Introduction, texte latin, traduction et commentaire d’un choix d’emblèmes sur les animaux, Sapheneia contributions à la philologie classique, vol. 19, p. 16 []
  13. ALCIAT, André, Livret des Emblèmes, Paris, Chretien Wechel, 1536. []
  14. KNOERY, Franck, « Collection de modèles : Emblématiques », dans Bibliothèque des Musées, Strasbourg, Éditions des Musées de Strasbourg, 2022, p. 17. []
  15. Op. cit., ANDENMATTEN, Anne-Angélique, Les « Emblèmes » d’André Alciat. Introduction, texte latin, traduction et commentaire d’un choix d’emblèmes sur les animaux, p. 729. []
  16. Ibid. []
  17. Ibid., p. 627 – 628. []
  18. KAENEL, Philippe, Doré, l’imaginaire au pouvoir, « cat. exp. », [Paris, Musée d’Orsay, 18 février – 11 mai 2014], Paris, Flammarion, 2014, p. 7. []
  19. SUEUR-HERMEL, Valérie, « l’estampe fantastique ou le fil noir du romantisme au XIXe siècle », dans Fantastique ! L’estampe visionnaire de Goya à Redon, « cat. exp. », [Paris, Petit Palais, 1er octobre – 17 janvier 2016], Paris, Bibliothèque national de France, 2016, p. 21-55. []
  20. PARE, Alix, SUEUR-HERMEL, Valérie, Fantastique Gustave Doré, Vanves, Editions du Chêne, 2021, p. 7 []
  21. La Sainte Bible selon la Vulgate (Tome second), Tours, A. Mame, 1866. []
  22. Op. cit., PARE, Alix, SUEUR-HERMEL, Valérie, Fantastique Gustave Doré, p. 293 – 295. []
  23. TRINQUIER, Jean, « La fabrique du serpent draco. Quelques serpents mythiques chez les poètes latins », dans Mythes et savoirs dans les textes grecs et latins, n° 78, 2009, p. 221 -255. https://doi.org/10.4000/pallas.15562 []
  24. SUN, Chaoying, DURAND, Gilbert, « Renversement européen du dragon asiatique », dans IRIS, n° 41, 2021. https://dx.doi.org/10.35562/iris.2159 []
  25. SCHNITZLER, Bernadette, Histoire des musées de Strasbourg. Des collections entre France et Allemagne, Strasbourg, Edition des musées de Strasbourg, 2009, p. 66. []
  26. Seder Anton, Das Thier in der decorativen Kunst, Vienne, Gerlach& Schenk, 1896. []
  27. Op. cit., TRINQUIER, Jean, « La fabrique du serpent draco. Quelques serpents mythiques chez les poètes latins ». []
  28. Op. cit., SCHNITZLER, Bernadette, Histoire des musées de Strasbourg. Des collections entre France et Allemagne, p. 66. []
  29. CASCARO, David, « Inventer et enseigner l’Art nouveau : l’École des arts décoratifs de Strasbourg au cœur d’un courant européen », dans Varia, n° 19, 2019, p. 60 – 67. https://doi.org/10.4000/rbnu.2168 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search