L’oeuvre imprimé de l’ornemaniste Anton Seder: un projet de numérisation

 

Anton Seder, planche de l’album Moderne Malereien, Berlin, Wasmuth, 1903

Premier directeur de la Kunstgewerbeschule de Strasbourg, Anton Seder (1850-1916) était un artiste ornemaniste originaire de Munich. Connu comme l’un des principaux représentants de la tendance naturaliste du Jugendstil, il est à l’origine du renouvellement des arts décoratifs en Alsace. Ses dessins ont été publiés dans de nombreux albums de lithographies.

Ce projet de numérisation et de publication sur Numistral constitue la première tentative de réunion d’un corpus exhaustif de l’œuvre imprimé de cet artiste. Il se fonde sur les collections de plusieurs institutions strasbourgeoises : La bibliothèque de la Haute École des Arts du Rhin, la Bibliothèque des Musées de Strasbourg, les Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, et la Bibliothèque Nationale et Universitaire.

À l’issue du conflit de 1870-71 qui entraîna la destruction d’un important patrimoine alsacien, les autorités du Reichsland Elsass-Lothringen, se sont employées à reconstituer le tissu culturel strasbourgeois et, en particulier, à favoriser le développement des arts décoratifs.

Anton Seder, planche de l’album Die Pflanze in Kunst und Gewerbe, Vienne, Gerlach & Schenk, 1887

C’est ainsi qu’Anton Seder, artiste formé à la Kunstakademie de Munich et enseignant à Winterthur jusqu’en 1882 a été nommé directeur de la nouvelle Kunstgewerbeschule en 1890. Seder jouissait alors d’une certaine reconnaissance, en raison de ses publications pour les éditions Gerlach & Schenk à Vienne, connues pour avoir diffusé les œuvres de Gustav Klimt ou Max Klinger. Il est notamment un important contributeur de l’album de planches ornementales Die Pflanze in Kunst und Gewerbe paru en 1887. Après avoir pris la direction de l’école, il a également conçu les décorations de façade du nouveau bâtiment de la rue de l’Académie (réalisées par le céramiste Léon Elchinger), inauguré en 1892. Son enseignement est basé sur l’organisation en atelier (céramique, orfèvrerie, ferronnerie et ébénisterie) et plus globalement sur un principe d’abolition des frontières entre art et artisanat.

Il poursuit par ailleurs ses publications régulières de portfolios, avec Das Thier in der Dekorativen Kunst en 1896, Naturalistiche Dekorationsmalereien en 1897 ou encore Kunstgewerbliches Skizzenbuch für Metall-, Glas-Industrie und Keramik en 1899. Il est aussi l’animateur, avec Friedrich Leitschuh, de la revue Das Kunstgewerbe in Elsass Lothringen, qui diffuse les principes enseignés à l’école comme des exemples remarquables du patrimoine décoratif. En 1901, il publie encore une histoire de l’École, Die Kunstgewerbeschule in Strassburg im Elsass und ihre Entwicklung documentée par de nombreuses photographies.


Franck Knoery

Conservateur de la Bibliothèque des Musées de Strasbourg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search