La collection Zerosscopiz 845

Riche d’une collection de plus de 45 000 documents, la bibliothèque de la Haute école des arts du Rhin possède dans ses fonds quelques raretés que nous vous ferons découvrir dans plusieurs post.

Aujourd’hui, la collection Zerosscopiz 845 à propos de laquelle nous avons eu l’opportunité de discuter avec Julien Blaine, créateur et éditeur de cette collection, qui a pu nous en dire plus.

Aujourd’hui très peu connue du public et devenue un objet d’art et de poésie rare, la collection Zerosscopiz 845 a été créée en 1979 et éditée jusqu’en 1989 par Julien Blaine, artiste et poète français de la modernité. Elle est composée au total de 28 numéros, dont le catalogue des 27 titres parus.

Elle a été créée pour prouver que tout instrument de reproduction ou d’impression, du crayon à la mine de plomb aux nouveaux programmes d’informatique, pouvait être récupéré par les artistes et les poètes (ce que Julien Blaine nomme “les poètartistes”) pour devenir un outil de création.

Ici, il était question de l’appareil à photocopie. Julien Blaine souhaitait montrer que cet appareil à photocopie ne devait pas être utilisé que pour faire des photocopies (stocker et reproduire des documents), mais aussi comme instrument de création. Pour cela, les auteurs/artistes qui ont collaboré et lui-même ont développé différentes techniques, telles que : bouger le document original, modifier la lumière, augmenter ou réduire la reproduction, superposer plusieurs documents, etc.

Il n’y avait pas de thématique précise pour chaque numéro, mais des artistes et des poètes issus de la poésie concrète, de la poésie visuelle (posera visiva en Italie, Visual poetry en Angleterre), de la poésie dite matérielle ou élémentaire (double sens), de la performance et du mail-art. Il s’agissait en particulier de poètes et d’artistes venus de tous les pays. Les titres de la collection sont très révélateurs de ces faits :

  1. J. Blaine, « Reprenons la ponctuation a zero »
  2. C. Ginzburg, « L’exotisme, le tourisme et les vacances »
  3. J.F. Bory, « Poèmes mécaniques, 2 »
  4. Tolsty, « Preceptes a l’usage des jeunes emigres russes »
  5. Various Artists, « Histoire de timbre(e)s x 2 »
  6. P. Garnier, « Poemes blancs »
  7. H. Hoogstraten, « The Atlas drawing »
  8. I. and V. Bakchanyan, « Franco-American-Russian friendship »
  9. J. Marin, « Semens »
  10. A. Labelle-Rojoux, « Projet sans suite »
  11. Servin, « Articles 1er »
  12. H. Zabala, « Duplications dedoublements »
  13. J.O. Olbrich, « Le plan – Jour et nuit – Nuit et jour »
  14. RA (C/O LLYS DANA), « Ou sideralisation d’un espace quotidien »
  15. C. Prigent, « La voix-de-l’ecrit »
  16. F. Beltrametti, « Nado Nado »
  17. P. Zelevansky, « 19 x »
  18. J.F. Bory, « Ritratto »
  19. N.O. Mustill, « Hold the Mayo »
  20. M. Perfetti, « Au deça de la parole »
  21. J. Hubaut, « 7 poemes-construct »
  22. D. Daligand, « Les derniers jours de Paris »
  23. M. Todorovic, « Soupe de cerveau dans l’Europe de l’Est »
  24. J.F.R. Yaset, « Le grand Kon Plo »
  25. R. Martel, « Je 2 mains »
  26. C. Pelieu, « Bonjour M’sieu Orwell »
  27. Al Pavl, « Starting block”

Les logiques de cette collection étaient donc plus menées par des enjeux d’amitiés et par les débats qui animaient les espaces des avant-gardes poétiques et de l’art-action plutôt que par des enjeux économiques ou de pouvoir. Comme nous l’a dit Laurent Cauwet des éditions Al Dante, Zerosscopiz 845 était “une collection qui vivait au rythme de l’édition underground”.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search