Confinements 2 et 3 : la vie continue (dans les bibliothèques universitaires)

Avec la crise sanitaire, la bibliothèque des arts ne tourne pas pour autant au ralenti ! Certes c’en est fini du va et vient incessant des lecteurs, de notre présence quotidienne à la bibliothèque, du partage de bureau entre collègues, sans oublier la traditionnelle et conviviale pause-café à la cafétéria de l’amicale des étudiants d’histoire de l’art à quelques mètres de la bibliothèque. Encore plus implacablement touchées, toutes les activités liées à l’animation, les expositions de travaux d’étudiants ou d’artistes extérieurs avec l’incontournable pot de vernissage ainsi que les occasionnelles présentations de publications dans le cadre des PUS à l’oreille ont été provisoirement rayées de notre agenda.

Mais loin d’être plongés dans le marasme, de nouvelles activités ont émergé nous accaparant tout autant et contribuant à faire régner une ambiance toujours aussi studieuse (voir plus) !

Dès le 9 novembre 2020 après l’annonce du 2e confinement, le Service des bibliothèques de l’Université de Strasbourg a mis en place de nouveaux dispositifs, ébauchés et rôdés lors du premier confinement, dans le but d’assurer la continuité de services pour nos usagers. La mise en pratique ne s’est pas fait attendre à la bibliothèque des arts : prêt en drive, uniquement sur rendez-vous ; sur réservation également, le travail sur place pour les lecteurs ayant la possibilité de se déplacer. Ces mesures sont venues s’ajouter à celles déjà mises en place à la rentrée de septembre : limitation des places assises afin de respecter la distanciation physique ; protocole de mesures sanitaires (port du masque obligatoire, gel hydro-alcoolique dans un distributeur à l’entrée de la bibliothèque, matériel de désinfection mis à la disposition des lecteurs pour leur place de travail).

Toutes ces mesures restrictives ont incontestablement impacté l’accueil du public, mais l’équipe a pu maintenir un service minimum et continuer à accueillir dans les meilleures conditions les lecteurs volontaires et (très) motivés.

Certes l’obligation de distanciation entre collègues et l’incitation au télétravail ont eu comme conséquence directe une réduction drastique des horaires de la bibliothèque : de 13-17 h dans un premier temps ; depuis le 29 mars suite au décalage du couvre-feu et à la demande croissante des usagers élargissement de 9 à 18 h.

Cependant au fil des semaines, la fréquentation n’a cessé de croître : de 3 à 4 réservations quotidiennes  pour la consultation sur place à une 20aine actuellement. Certains lecteurs réservent leur place quasi quotidiennement, et nous nous réjouissons de voir (à tour de rôle) ce noyau dur d’habitués !

Dès décembre après la fin du 2e confinement, une meilleure connaissance du dispositif d’accueil, indéniablement par le bouche à oreille entre étudiants, mais également par une campagne de communication nationale, les BUsontOuvertes, menée par l’ADBU et relayée par notre service de communication via notre site bu-unistra et sur les réseaux sociaux ont contribué à faire revenir progressivement une partie de nos lecteurs.  Cette campagne s’appuyant sur des témoignages d’étudiants a révélé l’importance en ces temps difficiles de la bibliothèque universitaire non seulement comme espace offrant un environnement propice à l’étude, mais comme un véritable lieu de remotivation permettant de ne pas décrocher et de combattre l’isolement. Bref un lieu essentiel au maintien d’un semblant de vie sociale

De même, les demandes de prêts n’ont cessé d’augmenter, une bonne vingtaine de transactions par jour actuellement. Certes beaucoup moins importants qu’en temps normal, mais il apparaît que ce service malgré la contrainte de la réservation en ligne pour chaque titre (via un bouton de demande de prêt dans la notice) a été rapidement adopté par les lecteurs en capacité de se déplacer.

En parallèle la politique de prêt a été revue sur l’ensemble du Service des bibliothèques. De novembre au 6 mars, tous les prêts ont été automatiquement prolongés.  Depuis les durées de prêt sont revenus à la normale, mais nous avons bien évidemment une tolérance vis-à-vis des retards liés à l’impossibilité de se déplacer.

Quant à nous professionnels, il a bien fallu faire preuve d’adaptation ! Notre organisation de travail et nos pratiques ont été bouleversées de fond en comble : révision complète des horaires et  des plages de présence en banque de prêt  grâce à l’appui de 2 vacataires étudiants qui ont pu ainsi garder leur « job » , et depuis l’ouverture matinale d’autres collègues du Service des bibliothèques ; gestion particulièrement chronophage des réservations de places à la bibliothèque et des demandes de prêt ( réponse par mail pour chaque demande, gestion d’un fichier des réservations). Le traitement documentaire et le circuit du livre ont également été fortement impactés, moins rapides dans l’exécution qu’à l’accoutumée alors que le volume d’acquisition n’a pas changé.

Enfin cette période a été une occasion inattendue de réorganiser une partie des collections en magasin ! Et bien évidemment pour toutes les tâches ne nécessitant pas la présence sur place, la remise en application du télétravail sur 2 ou 3 jours dans la semaine.

Cette organisation devrait perdurer jusqu’à fin mai, les horaires de la bibliothèque seront ensuite réduits (de 13 à 17h) avant fermeture estivale tout le mois d’août. Quant à la rentrée, nous espérons retrouver à minima une situation identique à celle de septembre 2020…

 


Estelle Doll-Ripp

Bibliothèque des Arts (Université de Strasbourg)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search