2021, année Piazzolla

L’année 2021 marque le centenaire de la naissance du compositeur argentin Astor Piazzolla.

Hector Sabo, professeur au conservatoire de Strasbourg, publie dans la revue « L’éducation musicale » des billets consacrés au compositeur argentin. Ces feuilletons précèdent la publication prochaine d’un ouvrage dédié à la vie et l’œuvre de Piazzolla, et introduiront un concert et une conférence sur Astor Piazzola, en décembre prochain au conservatoire de Strasbourg.

Sa principale source est le livre de Maria Susana Azzi et Simon Collier « Astor Piazzolla, su vida y su música » Editions « El Atenéo » (Buenos Aires), un volume de 526 pages publié en 2002.

Astor Piazzolla, su vida y su música

billet n°1 :

Astor Piazzolla, de la milonga au concerto

toujours tango

Un anniversaire

1921-2021

« Astor Piazzolla (1921-1992) a été un pionnier, un créateur infatigable et un révolutionnaire dans son genre, le genre du tango, qui lui colle à la peau. Réticent au départ pour s’y engager, Piazzolla a fini par accepter l’authenticité de ses racines, avec force et conviction, créant un langage musical qui l’identifie parmi tout ce qui lui ressemble, avec sa vraie voix, sans confusion possible. […]

« Au départ peu considéré aussi bien par les amateurs — et surtout les professionnels — du tango que par les mélomanes et musiciens classiques, Piazzolla est devenu connu et apprécié dans ce milieu lorsqu’il a commencé à jouer en concert avec des ensembles prestigieux comme la Camerata Bariloche, célèbre orchestre de chambre argentin, connu de tous les mélomanes, à partir des années 1970. Plus tard, quand il s’est présenté dans l’une des plus grandes salles de concerts de Buenos Aires pour jouer en tant que soliste avec l’Orchestre philharmonique de Buenos Aires, ce fut une sorte de consécration. […].

« La renommée internationale de Piazzolla, à partir du début des années 1980, le fait adopter comme artiste à part entière, révolutionnaire du tango. Il écrit alors des œuvres “de concert” pour de grands artistes tels que le violoncelliste Mstislav Rostropovitch, dédicataire en 1982 de son œuvre Le Grand Tango pour violoncelle et piano, qui fait désormais partie du répertoire de tous les violoncellistes […]. »

Hector Sabo

billet n°2 :

« Membre d’un groupe de tango à Strasbourg pendant de longues années, au piano, j’ai connu la musique de Piazzolla de l’intérieur. J’ai arrangé, enregistré et joué en concert plusieurs de ses compositions à succès —, Chiquilín de Bachín, Balada para mi muerte, Balada para un loco, Fuga y misterio, Oblivion, Escualo ou encore Los pájaros perdidos, parmi d’autres ; sans oublier Libertango. Natif d’Argentine, j’ai entendu la musique de Piazzolla depuis mon enfance, le milieu des années 60, à la télé — dans des génériques musicaux — et, plus tard, en concert, à la radio, dans des enregistrements divers. Sa musique était dans ma tête, naturelle et spontanée, avec les accents porteños, ceux de Buenos Aires. »

Hector Sabo

et …

(Re)découvrez Accroche Note dans sa formation trio, avec Marie-Andrée Joerger à l’accordéon !
🎶 Astor Piazzolla, Chiquilín de Bachín


Linda Humphreys

Responsable de la bibliothèque du Conservatoire et de l'Académie supérieure de musique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search