Les Métamorphoses du Jour de Grandville : Nouvelle acquisition de la Bibliothèque des Musées de Strasbourg

Grandville, Les Métamorphoses du Jour, Paris, Bulla, 1829, pl. 33, lithographie aquarellée, Bibliothèque des Musées de Strasbourg

La Bibliothèque des Musées de Strasbourg a récemment enrichi sont fonds d’illustrés du XIXe siècle d’une pièce exceptionnelle : Les Métamorphoses du jour de J.J. Grandville, dans son édition originale de 1829.

C’est avec ce titre constitué de soixante-treize planches lithographiques au format oblong mises en couleurs, que son auteur a pu accéder à la notoriété. Il y développe ses célèbres personnages zoomorphes à travers lesquels il pouvait déployer une critique acerbe des tenants et institutions de la monarchie sous Charles X, puis Louis-Philippe. Inspiré des taxonomies animales et de la physiognomonie, il anticipe sur les typologies sociales des années 1840.

 

Grandville, Les Métamorphoses du Jour, Paris, Bulla, 1829, pl. 73, dessin aquarellé d’après la lithographie censurée, Bibliothèque des Musées de Strasbourg

Des groupes sociaux sont clairement identifiés dans les planches : ecclésiastiques, juges, notables… Dans certains cas, l’animalisation procède par l’identification aux caractères et transforme les profiteurs en rapaces, loups ou requins, les amuseurs et artistes en singes, les goinfres en porcs ou crocodiles. Les plagiaires des dessins de Grandville sont, quant à eux, apparentés à des geais. Parfois elle repose davantage sur un jeu d’analogie avec des attributs, ou vêtements humains. C’est ainsi que les excroissances pointues d’un porc-épic et d’une écrevisse se montrent utiles dans un combat d’escrime, ou que les élytres colorés des scarabées évoquent avec irrévérence les chasubles alignés d’une procession religieuse. Cette planche qui clôture l’album a été, comme la précédente, frappée par la censure sous le régime de Charles X. Mais des copies dessinées et aquarellées de la lithographie d’origine ont pu être réinsérés dans de rares exemplaires.

Grandville, Les Métamorphoses du Jour, Paris, Bulla éditeur, 1829, pl. 57, lithographie aquarellée, Bibliothèque des Musées de Strasbourg

Cet album remarquable a connu un important succès qui a permis à Grandville d’être repéré par le célèbre éditeur républicain Charles Philipon, qui l’emploiera dans ses fameuses revues satiriques La Silhouette, ou La Caricature (dont la Bibliothèque des Musées conserve les premières feuilles) qui inaugurent le genre du dessin de presse en France. Avec Honoré Daumier, Alexandre Descamps, Eugène Forest, Traviès, Grandville constitue l’un des pionniers de ce genre et se trouve à l’avant-garde d’un combat politique qui a accompagné l’histoire de la liberté de la Presse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Franck Knoery

Conservateur de la Bibliothèque des Musées de Strasbourg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search