Exposition à la Bnu jusqu’au 16 janvier : L’Orient inattendu, du Rhin à l’Indus

À l’occasion du 150e anniversaire de la fondation de la Bibliothèque nationale et universitaire et de l’Université de Strasbourg, l’exposition L’Orient inattendu, du Rhin à l’Indus, invite à porter un regard nouveau sur l’histoire de la ville et de la région sous l’angle des relations avec l’Orient et plus précisément les terres d’Islam. Jusqu’au 16 janvier 2022, une exposition événement en partenariat avec les Musées de Strasbourg et le Musée du Louvre.

L'Orient inattendu

Revisitez l’histoire de Strasbourg et de l’Alsace sous l’angle des relations avec l’Orient

Pourquoi une telle approche ? Outre la présence fréquemment interrogée de l’Islam et de musulmans dans notre société, il existe, dans les collections patrimoniales régionales, des traces matérielles de contacts historiques, parfois très anciens, remontant jusqu’au Moyen Âge. Ces contacts et ces objets patrimoniaux, souvent méconnus, représentent une face inattendue de notre histoire et de notre patrimoine, en quelque sorte une face cachée de nous-mêmes.

Du 18 septembre 2021 au 16 janvier 2022, l’exposition propose d’explorer cette histoire avec un triple fil conducteur : les représentations de l’Orient islamique dans la région rhénane et plus particulièrement en Alsace ; sa réception et son impact dans les sciences, la littérature et les arts ; et enfin les traces de cette réception dans les collections régionales et nationales.

Cette exposition réunit plus de 250 pièces provenant d’une trentaine de provenances différentes : Musée du Land du Bade-Wurtemberg (Stuttgart), Musée Bartholdi (Colmar), Musée de l’Impression du étoffes (Mulhouse), Musées des Arts décoratifs (Strasbourg), etc.

Un voyage inattendu en 6 étapes

La Terre Sainte, lointaine et partagée
Ou la Terre Sainte comme mythe et comme territoire réel convoité, à travers notamment la participation de l’Alsace et de la région rhénane aux croisades et, au-delà des croisades, les autres formes d’échanges liés au pèlerinage et au commerce des produits d’outre-mer.

Les sciences arabo-islamiques, un héritage controversé
Ou le rôle de Strasbourg, mais aussi des autres foyers de l’imprimerie et de l’humanisme rhénans, de Bâle à Haguenau, dans la transmission de textes allant de monuments de la « sagesse orientale » comme les célèbres Fables de Bidpaï aux grands noms de la médecine et de l’astronomie.

Des armes et des fleurs
L’expansion ottomane, qui entraine une proximité nouvelle, fut d’abord effrayante, mais ensuite parut de plus en plus fascinante jusqu’à Goethe qui, découvrant « l’Orient » à Strasbourg, s’exclame : « Si seulement les Allemands avaient écrit leur propre Coran ! ».

Nouveaux regards vers l’Orient au 19e siècle 
L’expédition d’Égypte de Napoléon Bonaparte suivie de l’édition monumentale de la Description de l’Égypte à partir de 1809 ouvre la voie à un nouvel orientalisme au 19e siècle. Artistes, historiens et voyageurs fortunés le plus souvent issus des milieux industriels hautrhinois puisent leur inspiration au Moyen-Orient.  Le 19e siècle est également marqué par l’arrivée de la photographie qui va s’imposer peu à peu sur le marché des représentations de l’Orient, bouleversant ainsi les pratiques artistiques et scientifiques.

L’Orient comme décor
Mulhouse, longtemps surnommée la Manchester française, devient dès le 18e et plus encore au 19e siècle un centre mondial de production d’étoffes, mais également de papiers peints. La Révolution industrielle transforme les techniques de production et accroit les possibilités de diffusion. On assiste à l’essor d’une industrie des arts décoratifs où se développe un courant s’inspirant fidèlement  ou librement de thèmes et de motifs orientaux.

Explorations, sciences et collections
À la faveur d’une politique impériale ambitieuse, un savoir académique se développe à Strasbourg autour de l’Orient, de l’égyptologie à l’indianisme, dont l’université et la bibliothèque universitaire et impériale deviennent à partir de 1871 les fers de lances et pôles d’excellence.

Plus d’informations sur le site de la Bnu.


Gwénaël Citérin

Responsable scientifique Arts et Iconographie - Bibliothèque nationale et universitaire

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search